Un bloc notes créé en janvier 2006 à vocation d'abord personnelle. Si cela en intéresse d'autres tant mieux sinon... tant pis !

samedi 22 juillet 2017

n° 1111 : The U.S. Congress


The U.S. Congress ++++ (n° 17154)

Le 13 juillet 2017, j'ai fini de lire le livre de Donald A. Ritchie, The U.S. Congress, Oxford University Press, 2nd edition 2016, 1st edition 2010.

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un petit livre très précis et très complet sur le fonctionnement du Congrès américain. Il montre bien en quoi la Chambre des Représentants et le Sénat ont deux systèmes d'organisation radicalement différents (Le Sénat accorde beaucoup plus d'importance à la recherche du consensus).

2°) Ce livre montre aussi en quoi le Congrès est très différent des Parlements européens car le système américain basé sur la séparation des pouvoirs refuse le modèle parlementaire à la Britannique. Il n'y a pas d'American Parliament.

3°) J'ai appris de très nombreux détails dont voici quelques uns parmi les plus importants que j'ai relevés :
- Au Sénat, la Tradition a longtemps fait prévaloir la recherche d'un consensus général. Cependant, face au blocage pour le vote du Civil Rights Act de 1964, il a admis que 2/3 des sénateurs suffisait. Ce seuil a été abaissé à 3/5e dans les années 1970. Enfin, pour la validation des membres de la Cour Supreme, la "nuclear option" a été utilisée poue la 1ère fois en 2013 pour un juge nommé par Barack Obama : une majorité simple a suffi.
- Le discours du Président devant le Congrès n'est pas une pratique constitutionnelle qui a toujours existé. Elle avait été mise en place par les 2 premiers présidents (Washington et Adams) mais le 3e président, Jefferson, y avait renoncé car il trouvait que cela faisait trop monarchique. Ce n'est que Woodrow Wilson, président de 1913 à 1921 qui a rétabli le discours devant le Congrès. Ce discours a été radiodiffusé pour la 1ère fois en 1923 et télévisé en 1947. Depuis, 1936, suite à une initiative de Roosevelt l'horaire a été déplace de l'après-midi au soir pour que la population puisse l'entendre.
- En 1919, la chambre des représentants a empêché un élu socialiste du Wisconsin de siéger en utilisant le Espionage Act de 1917.
- En 1964, c'est grâce à un élu ségrégationniste que l'égalité homme femme a été intégrée dans le Civil Rights Act. Il espérait que son amendement dissuaderait les membres du Congrès de voter l'ensemble de la loi !
- Le Marquis de La Fayette est le 1er hôte étranger qui a été invité à prendre la parole devant le Congrès. Son portrait et celui de Washington ornent la tribune où est installé le Président de la Chambre des représentants.
- En moyenne chaque citoyen américain visite 2 fois le Capitole dans sa vie. 


jeudi 20 juillet 2017

n° 1110 : Le dernier vice-roi des Indes


Le dernier vice-roi des Indes +++I (n° 17152)

Le 20 juillet 2017, je suis allé voir le film "Le dernier vice-roi des Indes".

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un film historique passionnant sur le contexte de la décolonisation de l'Inde. Comment le pays a été partagé entre l'Union Indienne et le Pakistan en 1947.

2°) Le film montre de manière très satisfaisante les enjeux cachés de cette partition (notamment le contexte lié au début de la Guerre Froide).

3°) Les acteurs qui jouent Nehru, Jinnah et Gandhi sont vraiment exceptionnels.

4°) Hugh Bonneville et Gillian Anderson sont parfaits en Lord et Lady Mountbatten.

5°) Les décors et les costumes sont superbes.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) L'histoire à la Roméo et Juliette entre un Hindou et une Musulmane est un peu caricaturale.







mercredi 19 juillet 2017

n° 1109 : Dunkerque

Dunkerque ++I (n° 17 151)

Le 19 juillet 2017, je suis allé voir le film Dunkerque (le jour de sa sortie en France)

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un film qui met en évidence un moment un peu oublié (surtout en France) de la 2e Guerre mondiale : l'évacuation des troupes alliés à Dunkerque fin mai début juin 1940. C'est un moment un peu mieux connu au Royaume Uni et donc j'insiste dessus avec mes élèves de section internationale britannique.

2°) Le film montre bien le rôle des différentes armées : de terre, de l'air et la Marine dans les opérations militaires.

3°) Le film suggère de manière assez habile comment Churchill par ses discours a transformé un désastre en outil de propagande.

4°) J'étais content de revoir Kenneth Branagh dans un film.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Je trouve le film assez simpliste dans sa construction. Cela ressemble parfois à un documentaire mais avec d'énormes longueurs.

2°) Le scénario est parfois tellement alambiqué qu'on finit par se perdre.




jeudi 6 juillet 2017

n° 1108 : Histoire de l'Allemagne

Histoire de l'Allemagne de Henry BOGDAN +++ (n° 17 138)

Fin juin 2017, j'ai fini de lire le livre de Henry BOGDAN, Histoire de l'Allemagne, Tempus, 2014, 1ère édition, Perrin, 1999 et 2003

Ce que j'ai bien aimé :

1°) Comme toujours avec Henry Bogdan c'est un ouvrage historique clair et bien construit.

2°) Cela m'a permis de revoir pas mal d'information déjà contenue dans le livre de Joseph ROVAN sur le même thème (voir mon article du 1er mars 2009).

3°) L'ouvrage est très intéressant concernant la vague révolutionnaire de 1830 en Allemagne (moins connue que celle de 1848).
 
Ce que j'ai moins aimé :

1°) Certains passages sont très descriptifs et assez pesants à lire comme par exemple ceux qui concernent les successions impériales au Xe siècle et les relations avec la papauté aux X et XIe siècle.

2°) Le dossier documentaire en fin d'ouvrage n'est vraiment pas très enthousiasmant