Un bloc notes créé en janvier 2006 à vocation d'abord personnelle. Si cela en intéresse d'autres tant mieux sinon... tant pis !

lundi 20 décembre 2010

n° 673 : L'Antiquité rêvée

Article tel qu'il avait été publié sur Heliosse :

L'Antiquité rêvée +++ (n°14 758)

Le 17 décembre 2010, je suis allé voir l'exposition L'Antiquité rêvée au Louvre.

Ce que j'ai aimé :

1°) L'exposition nous permet de faire un survol de différents styles qui ont dominé le XVIIIe siècle et qui se sont inspirée de l'Antiquité (et pas seulement le style néo-classique).

2°) J'ai particulièrement aimé la série de bustes du XVIIIe siècle qui s'inspirent de l'Antiquité.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) L'exposition n'a rien d'exceptionnel car aucune oeuvre ne peut vraiment nous surprendre.

2°) L'exposition aurait pu davantage insister sur la découverte des vestiges de Pompéi dans le royaume de Naples au XVIIIe siècle.

dimanche 19 décembre 2010

n° 672 : Dreams from my father

Article qui avait été publié sur Héliosse :

Dreams from my Father +++ (n° 14 757)

Le 19 décembre 2010, j'ai fini de lire le livre de Barack Obama, Dreams from my Father, Canongate, 2008 (1ère édition, Crown publishers, 2004).

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un témoignage passionnant sur les origines de Barack Obama et principalement sa volonté de comprendre son père lui aussi appelé Barack Obama. Les passages les plus intéressants sont ceux dans lesquels en fin de livre, l'auteur raconte assez longuement sa visite au Kenya.

2°) Le début du livre qui concerne la jeunesse de Barack Obama à Hawaï et en Indonésie est aussi très intéressant.

3°) Barack Obama nous fait comprendre la difficulté de sa situation : il est noir mais son père était Kenyan donc sa famille n'a pas connu le poids de la ségrégation et de l'héritage de la société esclavagiste. De plus, sa mère était "blanche" et comme Barack Obama a été principalement élevé par ses grand-parents maternels, il a été élevé dans une famille blanche. Enfin, comme il a vécu à Hawaï, la société américaine était moins marquée par le racisme que le reste des Etats Unis. Ce n'est qu'à son arrivée dans le Mainland qu'il a vraiment pris conscience de la situation des noirs américains.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Obama en fait des tartines et des tartines sur son action en tant que militant social dans les quartiers difficiles de Chicago. Cette propension des hommes politiques à se tresser des couronnes de lauriers a toujours tendance à m'exaspérer.

2°) Dans certains passages, Barack Obama a un regard un peu condescendant sur les personnes qu'il rencontre.

samedi 18 décembre 2010

N° 671 : Exposition Mondrian / De Stijl

Article que j'avais publié sur Héliosse :

Exposition Mondrian / De Stijl +++I (n°14 756)

Le jeudi 16 décembre 2010, je suis allé voir l'exposition consacré à Mondrian et au courant De Stijl au centre pompidou.

Ce que j'ai aimé :

1°) J'avais beaucoup apprécié l'exposition Mondrian qui s'était tenu à Francfort au Ludwig museum et que j'avais visité en janvier 2008 (voir l'article paru le 19 mars 2008). On peut revoir certains tableaux de Mondrian et en découvrir de nouveaux qui permettent de mieux comprendre l'oeuvre de ce peintre néerlandais.

2°) Détail intéressant, on peut aussi revoir la reconstitution de l'atelier du peintre à l'époque où il vivait à Paris rue du départ. Le design de l'appartement était dans le goût du style du peintre.

3°) L'exposition ne se limite pas à l'oeuvre de Mondrian puisqu'elle concerne aussi le courant "De Stijl", qui est aux Pays Bas ce que le Bahaus est à l'Allemagne : un courant artistique un peu touche à tout qui s'est intéressé à toutes les formes d'art plastique. On peut notamment voir du mobilier et de très belles maquettes.

4°) J'y suis allé en nocturne un jeudi soir et il n'y avait pas foule. Cela permettait donc de pouvoir vraiment admirer les oeuvres contrairement à ce qui s'était passé pour l'expo "France 1500" que j'ai visité quelques jours plus tôt.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Je suis toujours étonné que le Centre Pompidou ne fasse pas des tarifs exposition par exposition. Quand, on habite tout près du Centre, il serait préférable d'avoir un tarif exposition par exposition?

A voir avant le 21 mars 2010... ça laisse du temps, mais parfois à trop attendre on finit par rater de très belles expositions

mardi 14 décembre 2010

n° 670 : The Demon Archer


The Demon Archer +++ (n° 14 752)

Le 13 décembre 2010, j'ai fini de lire le livre de Paul C. DOHERTY, The Demon Archer, Headline, 1999.

Ce que j'ai aimé :

1°) Voilà encore un épisode des aventures de Hugh Corbett que j'avais déjà lu il y a quelques années en langue française. Cette aventure nous plonge dans l'Angleterre du début du XIIIe siècle à la fin du règne d'Edouard Ier.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Le récit traîne un peu en longueur.

2°) Corbett a la chance d'être avec Amaury de Craon pendant cette aventure mais ce dernier disparaît presque du récit.

lundi 13 décembre 2010

n° 669 : France 1500

France 1500 ++I (N°14 751)

Le 13 décembre 2010, je suis allé voir l'exposition "France 1500 entre Moyen Âge et Renaissance au Grand Palais".

Ce que j'ai aimé :

1°) Il y a de très belles oeuvres sculptées notamment dans le bois qui sont une très belles illustrations de cette période de transition entre la France et le Moyen Âge.

2°) J'ai beaucoup aimé au 2e étage la partie consacrée au château du cardinal Georges d'Amboise à Gaillon.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Je ne suis pas du tout convaincu par la démarche qui consiste à faire un approche région par région. Je trouve cela assez réducteur.

2°) L'exposition multiplie les coins et les recoins en y plaçant souvent des cartels qui sont complètement illisibles dès qu'il y a un peu de monde. On a très vite l'impression d'étouffer alors que les oeuvres devraient inspirer davantage de sérénité.

3°) L'exposition ne fait qu'évoquer de manière très allusive les guerres d'Italie alors qu'elles sont au coeur de la France des règnes de Charles VIII, Louis XII et François Ier pour le début de son règne (en gros la période 1494-1525). Les différentes possessions françaises en Italie à cette époque auraient au moins pu mériter une carte.

samedi 11 décembre 2010

n° 668 : Time lapse


Time lapse ++++ (N°14 749)
J'ai adoré l'idée. Un papa a pris des photos de sa fille chaque jour entre l'âge de 0 et 10 ans. Une très belle performance ! Un père qui prend le temps de regarder son enfant et de le prendre en photo tous les pendant plus de 3 500 jours non stop...

jeudi 9 décembre 2010

n° 667 : le musée égyptien de Turin

Le musée égyptien de Turin ++I (N°14 747)
Le 31 octobre 2010, je suis allé visiter le musée égyptien de Turin.

Ce que j'ai aimé :

1°) Le musée possède une assez riche collection avec notamment une très belle salle consacrée à des statues de pharaons.

2°) La collection est aussi très riche en objets de la vie quotidienne et en miniatures montrant la vie des habitants.

Ce que j'ai moins aimé :
1°) Le musée est incroyablement vieillot surtout au 1er étage.

2°) La présentation n'est pas assez pédagogique.

3°) Ce musée prétend rivaliser avec d'autres musées égyptiens en Europe. Il vient pourtant très loin derrière le Louvre, le British Museum et le Neues Museum.

4°) Le magasin et la librairie du musée sont d'une indigence rare pour un musée qui possède une si riche collection. On ne peut y acheter des colifichets touristiques sans grand intérêt. Absolument rien de sérieux.

dimanche 21 novembre 2010

n° 666 : Il voulait s'installer à Metz



Affiche "Il voulait s'installer à Metz" (N°14 729)
Un article "hors série" car en prenant mon RER, cette affiche m'a fait penser à plusieurs de mes amis... en pensant que cela provoquerait chez eux des réactions bien différentes ! Pour ne me brouiller avec personne, je n'ai pas prévu de notation pour cette affiche...

samedi 20 novembre 2010

n° 665 : Le visage dans tous ses états


Le visage dans tous ses états ++++ (N°14 728)
Le 6 novembre 2010, je suis allé voir l'exposition "Le visage dans tous ses états" au réfectoire des cordeliers.
Ce que j'ai aimé :
1°) L'exposition se tenait (le dernier jour était le 9 novembre) au réfectoire des Cordeliers, un endroit superbe qui date du XIIIe siècle et qui est rarement ouvert. Un lieu chargé d'histoire puisque c'est là que se réunissait le club des Cordeliers pendant la Révolution.
2°) Les oeuvres proposés sont superbes et elles montrent les correspondances entre les différentes civilisations (Egypte antique, Occident médiéval, Chine des Han, Afrique subsaharienne, Océanie, Amérique précolombienne,...). A travers le temps et l'espace, cette exposition montre l'Unité du genre humain.
3°) Les oeuvres sont mêlées avec des créations d'artistes contemporains, notamment les sculptures de l'italien Mauro Corda, qui s'intègrent parfaitement aux autres oeuvres.
Ce que j'ai moins aimé :
1°) Pour les oeuvres correspondant aux arts dits "Premiers", on ne trouve aucune tentative de datation (notamment pour les oeuvres africaines). Cela donne la malheureuse impression que certaines civilisations sont a-temporelles.
2°) On ne pouvait pas savoir la provenance des oeuvres proposées. C'est fort dommage car une fois l'exposition finie, on ne sait pas à quel endroit il sera possible de les revoir.
3°) J'aimerais un jour avoir l'occasion de visiter ce lieu vide car il y avait des cloisons installées pour l'exposition qui masquait une partie de la salle médiévale.





Homme-médecin, terre-cuite du Sichuan [Chine], dynastie Han (-206 à 220)

 
Masque féminin agbagho mwo, Nigéria (ethnie Igbo)

Statue d'ancêtre, bois, République Démocratique du Congo (ethnie Mangbetu)


Masque, bois léger, Gabon


 Une oeuvre de Mauro Corda dont je n'ai pas noté le titre mais qui semble liée à la question du voile.

jeudi 11 novembre 2010

n° 664 : le MAO de Turin


 Musiciens à cheval Tang (fin VIIe-début VIIIe siècle)
Le MAO de Turin ++++ (N°14 719)
Le 30 octobre 2010, je suis allé visiter le MAO (Museo di Arte Orientale) de Turin.
Ce que j'ai adoré :

1°) C'est un musée très récent avec une très belle muséographie même si le sujet peut paraître ardu : l'Asie avec plusieurs spécialités finalement assez variées : la Chine (jusqu'au Tang), l'Inde avec notamment une très belle collection du Gandhâra, le Japon, le Tibet, l'Himalaya et monde musulman (notamment la Perse).

2°) Etant plutôt amateur d'art chinois, je n'ai pas été déçu. Même si les collections s'arrêtent à l'époque Tang, elles sont magnifiques avec plusieurs pièces exceptionnelles notamment pour la période Han.

3°) Le musée est un havre de calme.

4°) Il y a aussi une très belle collections de lithographie d'Hiroshige.

5°) le site Internet du musée est très bien fait et présente une grande partie de la collection.

6°) Pour les cours d'Histoire de 6e, les collections sont intéressantes pour l'étude de la civilisation hellénistique (l'art du Gandhâra est inspiré par la Grèce en raison du passage des armées d'Alexandre le Grand jusqu'aux rives de l'Indus) et surtout pour la Chine des Han qui est au programme depuis l'an dernier (C'est pourquoi j'ai pris des photos plus particulièrement des collections de cette période et de ce pays).

Ce que j'ai moins aimé : 

1°) J'avoue que l'art de l'Himalaya me laisse un peu froid. Il est vrai que je ne suis pas du tout connaisseur.


 Bouddha debout, Gandhâra, IIe siècle avant J.-C.

Un récipient rituel à alcool (vase yu) de la dynastie Shang, XIIIe-XIe siècle avant J.-C. (bronze)


Bouteille à gousse d'ail, Dynstie Qin ou Han orientaux, fin du IIIe siècle avant J.-C. (Bronze à pâtine verte)
 
 Maquette de porcherie avec toilette, Nord de la Chine, Han orientaux, IIe siècle avant J.-C. (argile rouge avec couverte verte)

Maquette de tour de gué, Hénan, Han orientaux, 2e moitié du IIe siècle avant J.-C. (argile beige avec couverte vert pâle)

Paire de vases à 4 côtés, fanghu, Shaanxi ou Shanxi, Han occidentaux, Ier siècle après J.-C. (bronze peint)

Céramique blanche, Chine du Nord, Hebei ou Henan, Dynastie Tang, VIIe-VIIIe siècle (grès porcelaineux clair avec plusieurs couches)

dimanche 7 novembre 2010

n° 663 : Orlando

 Emmanuelle Haïm
Orlando de Haëndel +++I (N°14 715)
Le 6 novembre 2010, je suis allé voir l'opéra Orlando de Haëndel au théâtre des Champs Elysées.
Ce que j'ai adoré :
1°) La direction de l'orchestre par Emmanuell Haïm est une merveille. Musicalement, cet opéra de Haëndel est vraiment superbe.
2°) Pour cet opéra, les décors et la mise en scène sont superbes. L'esprit baroque de l'oeuvre a été rendu avec des moyens impressionnants. Un grand bravo donc à Jenny Tiramini (pour la scénographie et les costumes), à David Mc Vicar (pour la mise en scène), à Andrew George (pour la Chorégraphie) et à Davy Cunningham (pour les Lumières). Un quattuor britannique qui nous offre un très beau spectacle.
3°) L'artiste danoise qui interprète Angelica, Henriette Bonde-Hansen est magistrale.
4°) C'est un opéra de la période italienne de Haëndel et c'est avec plaisir que j'ai entendu cette langue.
Ce que j'ai un peu moins aimé :
1°) La contralto, Sonia Prima, qui interprète Orlando est un peu moins crédible (Sinia Prima). Elle fait beaucoup de gestes pour essayer de faire les Orlando furieux mais ce n'est pas très convaincant. De même pour linterprète du beau Medoro, le contralto Stephen Wallace qui n'a rien d'un Appolon !
2°) L'histoire d'Orlando version Haëndel tombe un peu dans le marivaudage avec en plus une complexité qui peut dérouter.
3°) En ce qui concerne le confort, le TCE est vraiment une salle horrible. Il faut faire moins de 1m60 pour être à peu près à l'aise.

mardi 2 novembre 2010

n° 662 : le palazzo reale de Turin


 N°663 : Le Palazzo reale de Turin ++I (N°14 709)
Le 29 octobre 2010, j'ai visité le Palazzo reale de Turin.
Ce que j'ai aimé :
1°) Ce palais nous rappelle que Turin a été la capitale du duché de Savoie (du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle) puis du royaume de Piémont-Sardaigne (du début du XVIIIe siècle jusqu'à l'unité italienne). La famille de Savoie a réussi avec Victor Emmanuel II a unifié l'Italie (on fêtera en 2011 le 150e anniversaire de cette unité). Par conséquent le Palazzo realle a des salles aux dimensions particulièrement impressionnantes (notamment les salles du 1er étage).
2°) Le palais possède des salles classiques dans un palais royal : chambre royal, salle du trône, petite galerie des glaces qui ne sont pas sans rappeler Versailles.
3°) L'escalier de Juvarra (qui date du milieu du XVIIIe siècle) est impressionnant car il utilise un petit volume pour relier le 1er et le 2e étage.
Ce que j'ai moins aimé :
1°) La déco a en grande partie été refaite au XIXe siècle pendant le règne de Charles-Albert (1831-1849) puis celui de Victor-Emmanuel II. On retrouve le côté lourdingue de nos style Louis-Philippe et Napoléon III.
2°) La visite est presqu'uniquement centrée sur la personnalité de Victor-Emmanuel II (il est vrai qu'il y avait une exposition qui lui était consacré). Il y a très peu d'informations données sur les habitants de ce palais qui ont précédé. La visite guidée (en italien) du 2e étage n'a pour cette raison rien d'entousiasmant.

lundi 25 octobre 2010

n° 661 : les amours imaginaires


Les amours imaginaires ++I (N°14 702)
Le 25 octobre 2010, je suis allé voir le film Les amours imaginaires.
Ce que j'ai aimé :
1°) C'est un film frais qui rappelle ces moments indécis de la jeunesse où on se cherche. Ces petits gestes et ces enflamments du coeur caractéristique de la tranche d'âge 15-25 ans. C'est assez bien rendu. Le film est un peu un hymne à la jeunesse... ce qui explique l'intérêt que lui porte les générations plus anciennes.
2°) Les personnages de Francis et Marie, les deux rivaux qui luttent pour chercher des preuves d'un intérêt de la part de Nicolas sont touchants
3°) L'accent québecois plus ou moins prononcé de certains intervenants est un vrai plaisir à entendre
Ce que j'ai moins aimé :
1°) Il y a des scènes d'une mièvrerie pesante : par exemple l'utilisation de la statue du David de Miche-Ange pour mettre en valeur Nicolas.
2°) Le film traîne un peu. Ca finit par tourner un peu en rond à la fin.
3°) Les interventions de personnages qui coupent le récit du film sont amusantes mais cela rompt parfois aussi l'intrigue générale.
4°) Sur le fond, je pense que j'ai -dans la vie réelle- horreur des personnages qui comme Nicolas joue au jeu du chat et de la souris avec les sentiments des autres. Je fuis ce genre de personne qui sont profondement narcissique... et pas très intéressante.
Xavier Dolan (le réalisateur du film et l'acteur qui joue Francis) a 21 ans. Il a donc une longue carrière devant lui.

vendredi 22 octobre 2010

n° 660 : Elle s'appelait Sarah


Elle s'appelait Sarah ++++ (N°14 699)
Le 22 octobre 2010, je suis allé voir le film "Elle s'appelait Sarah".
Ce que j'ai aimé :
1°) C'est un film qui parle de la râfle du Vel d'hiv le 16 juillet 1942 en montrant la trace de ce triste moment de notre Histoire nationale. Le film -tout comme le film la "râfle" l'an dernier que je n'ai pas vu- montre de manière très réaliste une reconstitution des arrestations et des conditions de vie terribles dans le Vel d'Hiv.
2°) J'ai beaucoup aimé un passage du film dans lequel on voit une jeune journaliste américaine affirmé son dégoût pour les Français qui ont laissé faire : la réponse qui lui est faite est très intéréssante : qu'aurait-elle fait elle-même. Il est tellement facile de juger a posteriori. L'Histoire n'est pas simple.
3°) On ne peut s'empêcher de ressentir un malaise en voyant la police et la gendarmerie française mené les arrestations et s'occuper de la gestion des camps. On comprend que la participation à un stage au Mémorial de la Shoah fasse partie du cursus obligatoire pour la formation des officiers de la police française...
4°) J'ai retrouvé avec plaisir des lieux que je connais bien : la crypte du Mémorial de la Shoah, le mur des noms, le mémorial des enfants déportés, mais aussi le Pont Louis-Philippe.
5°) Kristin Scott-Thomas est une actrice d'un très grand talent. Une règle semble s'imposer : les artistes féminines franco-britanniques (je pense à Charlotte Rampling ou à Jane Birkin) ont quelque chose de très particulier qui les place au-dessus des autres.
6°) Le film avec les travaux de l'appartement de la rue de Saintonge est emblématique du mouvement de rénovation et de restructuration que connaît le Marais depuis quelques années. Le quartier connaît une transformation profonde avec des effets qui ne sont pas tous positifs...
7°) Le film rappelle de manière très précise qu'il a fallu attendre la présidence de Jacques Chirac pour que la France se sente une part de responsabilité dans la déportation de 76 000 Juifs vers l'Allemagne.
8°) Cela fait plusieurs semaines que j'ai envie de voir ce film car le blog de mon ami Vincent Roger avait attiré mon attention et donc j'attendais que le film sorte.
Ce que j'ai moins aimé :
1°) Le film à la fin nous donne un peu le tournis en nous faisant passer de Paris à New York puis à Florence.

mercredi 20 octobre 2010

n° 659 : Etre maire à Paris


Etre maire à Paris +++I (N°14 697)

Le 20 octobre 2010, j'ai fini de lire le livre de Dominique BERTINOTTI (entretien avec Jean FERREUX), Etre maire à Paris, Editions Tétraèdre, 2010.

Ce que j'ai aimé :
1°) Ce livre a été écrit par la maire du 4e arrondissement, Dominique Bertinotti, qui est un personnage qui m'a toujours paru un peu énigmatique et avec laquelle je n'ai jamais pu m'empécher d'avoir une distance. Ce livre permet d'en savoir un peu plus sur elle sans tomber dans le "people" auquel se livre certains de nos politiques. J'ai été réconforté d'apprendre que Mme Bertinotti revendiquait une certaine timidité lors de ces débuts en politique (page 67). Etant moi-même relativement timide, cela m'a aidé à comprendre certaines maladresses et le côté "cassant" qui lui est assez souvent reproché par des personnes d'horizons très variés.

2°) J'ai été très intéressé par son parcours personnel. Etant moi-même un enseignant d'histoire-géographiedu secondaire, j'ai suivi attentivement ce qu'elle nous livre de son passé d'étudiante en histoire puis d'enseignante. Cela rend le personnage sympathique et je suis assez d'accord avec elle quand elle regrette le trop grand nombre de politiques qui n'ont jamais vu autre chose que la vie politique et qui en ont fait leur seule profession. En ce qui concerne les recherches historiques, j'ai été très  attentifs aux centres d'intérêt des recherches faites par Mme la maire (le milieu syndical avant la 1ère guerre mondiale) même si pour ma part je me suis plutôt intéressé à des sujets fort éloignés (je suis médiéviste spécialisé dans l'histoire du royaume de Sicile au XIIe siècle. Il est vrai que la vie politique à la cour de Palerme était passionnante aussi à cette époque).

3°) Mme Bertinotti reconnaît qu'elle a pu agacer quand elle a travaillé pour François Mitterrand. J'ai un ami très proche qui a été conseiller spécial de François Mitterrand à la fin de son second septennat et je peux confirmer que la maire du 4e n'a pas gardé que des amis ! Lui comme elle, semblent cependant garder un souvenir durable des échanges qu'ils ont pu avoir avec François Mitterrand. Cet homme avait une profondeur qui a marqué, voire fasciné tous ceux qui l'ont approché. Voilà qui m'interpèle à chaque fois car j'avoue n'avoir jamais ressenti aucun attrait pour ce personnage dont le machiavélisme m'a toujours sidéré. Il est vrai cependant qu'en ce qui concerne la "profondeur" nous n'avons pas été gâté depuis.

4°) Cet ouvrage contient des analyses qui me permettent de comprendre en quoi chacun est façonné par des convictions et un tempérament qui relèvent à la fois de l'éducation et des convictions personnelles. Mme Bertinotti semble avoir gardé intact une foi en l'Homme. Elle évoque page 76 une "indéfectible confiance en l'être humain". J'ose avouer pour ma part qu'une (trop) grande passion pour l'Histoire et l'approche du monde politique (j'ai eu la chance ou la malchance de cotoyer à Sce po des étudiants qui se programmaient déjà pour une "carrière" politique) m'ont conduit plus que jamais à me détourner de toute envie de faire de la politique et de me présenter à une élection. Le temps passant, je crois que ce sentiment ne fait que croître. J'en viens même ces derniers temps à me demander si je dois continuer à aller voter pour les élections nationales.

5°) Dominique Bertinotti n'hésite pas à se "lâcher" sur le milieu hyper machiste de la section socialiste du PS à l'époque où elle y est rentrée (la fin des années 1980). Certains passages sont assez savoureux.

6°) J'ai découvert quelques points communs avec Mme Bertinotti. Ses parents ont été enseignants dans le primaire à Aubervilliers et elle a -un peu- vécu dans cette ville. Cela n'a jamais été mon cas mais j'y suis né et ma famille maternelle est originaire de cette ville qui malheureusement à une triste réputation (comme de nombreuses villes de l'immédiate périphérie Nord et Est de Paris). J'ai des ancêtres albertivillariens sur plusieurs dizaines de générations et je ne peux m'empêcher de ressentir une solidartié avec tout ce qui touche à cette ville.

7°) Autre point commun (mais inversé), la maire nous montre combien par son éducation et sa jeunesse, elle s'est toujours sentie de gauche. Pour ma part, mon éducation a été profondément ancrée dans le camps opposé. Mes parents ont été membre du RPR dès sa création en 1977 et j'ai baigné toute mon enfance dans une section de ce parti. Les premières manifestations dont je me rappelle sont celle de 1984 contre la loi Savary. De même par la suite, en décembre 1986, je faisais partie (à 16 ans) des rares lycéens qui refusaient de faire grève et qui donc obligeaient les profs non grévistes à faire cours. Celle qui est par la suite devenue ma meilleure amie, Corinne, s'en rappelle puisqu'à l'époque nous nous sommes fait la gueule pendant plus d'un an. Elle est depuis devenue institutrice profondément ancrée à gauche ce qui ne nous empêche pas d'être de très vieux amis malgré nos différences de point de vue (j'ai été témoin de son mariage en 2007 à une époque où pourtant nos divergences avaient retrouvé un certain paroxysme).

8°) Il s'agit d'un livre d'entretiens mais malgré cela le livre est très bien écrit avec un style à la fois clair et pertinent... ce qui est loin d'être toujours le cas parmi les politiques.

Ce que j'ai moins aimé :
1°) Bien sûr, on ne peut s'empêcher de penser que cet exercice de vérité masque certaines réalités. Je ne suis pas sûr que les relations de confiances décrites avec le maire de Paris ne relèvent pas seulement de la langue de bois. De nombreux témoignages m'ont fait comprendre qu'entre la garde rapprochée de Bertrand Delanoë et la maire du 4e, les tensions étaient fréquentes (Je tairais bien sûr mes très nombreuses sources sur le sujet !).

2°) Madame Bertinotti parle assez longuement de son cabinet et de son personnel administratif. Je m'étonnne qu'elle ne dise pas un mot de son équipe municipale élue (sauf en remerciement page 115). On trouve à ses côtés plusieurs adjoints et conseillers municipaux avec lesquels je ne partage pas les mêmes convictions politiques mais qui sont vraiment des personnes de qualité (pour n'en citer qu'un je citerai le 1er adjoint Jean-Louis Pourriat).

3°) Madame Bertinotti a des propos très sévères sur le système éducatif français dont elle dénonce le côté "castrateur". J'aurais aimé en savoir plus sur ce qu'elle propose car pour vivre le débat de l'intérieur je continue à me poser quelles solutions sont possibles alors que la profession à laquelle j'appartiens à (oserais-je l'écrire) parfois beaucoup de mal à se remettre en cause.

 4°) Mme Bertinotti évoque une recherche sous la tutelle d'Alfred Grosser sans en dire plus. J'ai pour ma part une énormé tendresse pour ce monsieur d'une très grande humanité. Je me rappelle avec une grande nostalgie les commentaires de l'actualité qu'il donnait chaque semaine à la fin des années 1980 en nous conseillant parfois d'aller voir des vieux classiques du cinéma américain des années 50 au lieu de nous plonger dans des manuels rébarbatifs.

Un livre donc que j'ai trouvé vraiment passionnant et que tous ceux qui s'intéressent au 4e arrondissement devraient s'empresser de lire.

P.S. J'ai en plus la chance d'avoir un exemplaire dédicacé de la maire mais par discrétion je tairais le contenu de la phrase écrite par la première édile de ma ville.

P.S. (bis) : grâce à la campagne des municipales de 2008, j'ai découvert la personnalité d'un autre élu du 4e arrondissement : Vincent Roger et je continue à lui porter une amitié fidèle car je sais ces grandes qualités humaines sans avoir besoin de lire un ouvrage à son sujet.

mardi 19 octobre 2010

n° 658 : Socialism


Socialism +++ (N°14 696)
Le 18 octobre 2010, j'ai fini de lire le livre de Michael NEWMAN, Socialism, Oxford University Press, 2005 (collection A Very Short Introduction)
Ce que j'ai aimé :
1°) L'auteur fait un point intéressant sur la genèse des courants socialistes en faisant un résumé très bien fait relatifs aux débuts du socialisme dans au XIXe siècle.
2°) Je ne me rappelait plus d'un de ces premiers penseurs socialistes appelé Cabet. Il a vécu de 1788 à 1856. Un français qui s'est inspiré de l'Utopie de Thomas More pour écrire "Un Voyage en Icarie". D'après le livre page 8, les partisans de Cabet ont été 100 000  à 200 000.
3°) Je ne savais pas que Fourier était homophobe et anti-féministe (page 15).
4°) L'auteur fait un développement important et intéressant sur l'expérience sociale démocrate en Suède et sur l'expérience communiste à Cuba.
Ce que j'ai moins aimé :
1°) En fin de livre l'auteur englobe dans le socialisme les mouvements féministes et écologistes comme si par nature ils étaient partie intégrante du socialisme ce qui est discutable bien sûr.
2°) L'auteur ne parle pas beaucoup des populations victimes de la répression à Cuba.

samedi 16 octobre 2010

n° 657 : Le Kunsthalle de Hambourg


Le Kunsthalle de Hambourg ++++ (N°14 692)
Le 5 août 2010, je suis allé visiter le Kunstalle (musée des Beaux Arts) de Hambourg.
Ce que j'ai aimé :
1°) Ce musée des Beaux Arts possède une collection très variée comme j'ai essayé de le montrer avec les photographies qui illustrent cet article.
2°) Le musée a été complètement rénové et les salles mettent bien en valeur les tableaux avec la présence par exemple de sculptures.
3°) On peut y voir le tableau le plus connu de Caspar-David FRIEDRICH qui est le peintre le plus emblématique du romantisme allemand.
4°) Le musée possède de superbes tableaux du peintre Emil NOLDE que j'ai découvert grâce à l'exposition qui lui a été consacrée il y a deux ans au musée du Luxembourg. (voir article du 10 décembre 2008)
5°) Je me suis particulièrement arrêté pour admirer un tableau de Philippe DE CHAMPAIGNE (voir ci-dessous).
6°) J'ai aussi prêté beaucoup d'intérêt à un tableau de JONGKIND (voir à nouveau ci-dessous).
7°) J'ai découvert qu'avant 1914, plusieurs peintres français (MARQUET, VUILLARD) avaient l'habitude de séjourner dans Hambourg, grande ville industrielle d'Europe. Une tradition qui s'est perdue avec la Première guerre mondiale.
Ce que j'ai moins aimé :
1°) La librairie du musée est un peu décevante. Il est difficile de se procurer des reproductions des oeuvres du musée.

Philippe DE CHAMPAIGNE, Louis XIV faisant bénir sa couronne et son sceptre par la mère de Dieu, 1643


Caspar-David FRIEDRICH, Le voyageur contemplant une mer de nuages, 1818.

  
Joahn Barthold JONGKIND, La Seine près du Pont-Marie, 1851.

 Emil NOLDE, Un remorqueur sur l'Elbe, 1910.

Albert MARQUET, Dans le port de Hambourg, 1909.

Edouard VUILLARD, vue sur le Jungfernstieg depuis l'Alsterdamm, 1913.

jeudi 14 octobre 2010

n° 656 : Le Château d'Elseneur (Helsingor Slot)



 Le château d'Elseneur (Helsingør slot)++ (N°14 690)

Le 2 août 2010, je suis allé visité le château d'Elseneur (Helsingor) situé au nord de Copenhague sur le détroit du Sund.

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un lieu très symbolique. Shakespeare a placé son drame Shakespeare dans ce château. De plus, c'est au niveau de ce château que les navires marchands devaient payer les droits de péages pour payer les droits de péage pour utiliser ce passage maritime.

2°) On peut avoir depuis ce château une belle vue vers la Suède.

Ce que j'ai moins aimé :

1°) Ce château a longtemps été une caserne. Le décor intérieur n'est pas particulièrement intéressant.

2°) Le château est dans un espèce de no-man's land pas très agréable à traverser.



samedi 9 octobre 2010

n° 655 : Le château de Schwerin


Le château de Schwerin + (N°14 687)

Le 6 août 2010, j'ai visité le château de Schwerin en Poméranie Occidentale-Mecklembourg (République Fédérale d'Allemagne).

Ce que je n'ai pas trop aimé :

1°) C'est un château entièrement refait au XIXe siècle dans le genre grosse choucroute.

2°) La déco intérieure est de la même trempe. Tout le bon goût du XIXe siècle !

Ce que j'ai quand même aimé :

1°) La vue depuis le lac n'est pas trop moche. Elle vaut le coup d'oeil.

n° 654 : Le port de Hambourg

 

Le port de Hambourg ++++ (N°14 686)

En août 2010, j'ai visité Hambourg. Cela m'a permis de voir le port qui est le 2e d'Europe par son trafic.

Ce que j'ai aimé :
1°) La visite en bateau que j'ai faite le 4 août 2010 m'a permis de découvrir une grande partie du port : les zones de stockage, les grues pour charger et décharger, les anciennes raffineries, la zone de construction navale. Vraiment passionnant !

2°) J'ai aussi pu voir le chantier du bâtiment de la future salle de l'Elb-philarmonie. Impressionnant.
3°) Le 5 août j'ai pu faire des photos alors que le ciel était menaçant. Avec les grues desaffectées en arrière-plan, cela donnait un effet superbe.

4°) Comme le dit la devise que l'on peut voir sur le port : Jeder Mensch braucht seinen Hafen ("=Chaque homme a besoin de son port")...





Le chantier de l'Elbphilarmonie

"Chaque homme a besoin de son port"

vendredi 8 octobre 2010

n° 653 : Un homme qui crie


Un homme qui crie +++ (N°14 685)

Le 8 octobre 2010, je suis allé voir le film "Un homme qui crie".

Ce que j'ai aimé :
1°) J'avais vu la bande annonce de ce film qui m'avait intéressé car elle évoquait la guerre civile au Tchad, un pays à propos duquel je m'étais passionné quand j'étais ado. Je m'étais créé un énorme dossier avec toutes les coupures de presse à l'époque de la guerre entre Hissène Habré et Goukouni Wedeye. La guerre évoquée  dans ce film porte sur une période plus récente, mais j'ai été très intéresé par l'évocation des conflits que connaît ce pays.

2°) On aurait pu tomber dans un film qui serait tombé uniquement dans le tragique des massacres de la guerre civile. Or, en fait, on est surpris de découvrir un film qui porte principalement sur un thème tout autre : les relations père/fils avec ici des silences et des jalousies réciproques qui sont très intéressantes. Le père n'accepte pas que son fils lui prenne son emploi à la piscine d'un grand hôtel et cela finit plutôt mal.

3°) Il y a des scènes qui montrent la brousse tchadienne qui sont très belles.

4°) Le film nous permet de comprendre que beaucoup de pays d'Afrique sont des lieux de mélanges internationaux : on voit parmi les personnages un Congolais et une Malienne.

Ce que j'ai moins aimé :
1°) Les acteurs ne sont pas super-pro. Notamment la maman a des temps morts dans ses prises de parole dont on se demande parfois si elles sont toutes bien voulues.

mercredi 6 octobre 2010

n° 652 : Frederiksborg Slot


Frederiksborg slot ++++ (N°14 673)

Le 2 août 2010, j'ai visité Frederiksborg slot à Hillerod à une trentaine de kilomètres au Nord-Ouest de Copenhague (au Danemark)

Ce que j'ai aimé :
1°) Le site est vraiment superbe avec de magnifique vue depuis le lac d'Hillerod.

2°) Le palais a eu partie brûlé au XIXe siècle mais il a gardé un aspect qui montre bien à quoi il ressemblait au XVIe-XVIIe siècle.

3°) J'ai beaucoup aimé la petite salle d'audience (qui n'a pas brûlé au XIXe ) qui permettait au roi Christian IV de recevoir des audiences hors du château dans une petite salle reliée par une galerie.

4°) Le château évoque l'histoire du Danemark et cela permet de faire un parcours ) travers les différents monarques de ce pays.

5°) Les jardins à la française valent aussi le coup d'oeil.

Ce que j'ai moins aimé :
1°) La grande salle de réception fait un peu tape-à-l'oeil version XIXe siècle.


mardi 5 octobre 2010

n° 651 : Queen Victoria


Queen Victoria +++ (N°14 672)

Le 3 octobre 2010, j'ai fini de lire le livre de Christopher HIBBERT, Queen Victoria, Harper Collins, 2000.

Ce que j'ai aimé :

1°) Je ne connaissais pas grand chose de la jeunesse de la reine Victoria. Il est étonnant de se rendre compte, combien son destin a tenu a peu de chose. Elle a été la seule fille du 4e fils de George III, le duc de Kent qui est mort l'année qui a suivi.

2°) On reste impressionné par l'amour délirant de Victoria pour son mari Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. Je reste scotché par ce qu'on peut lire page 109 : une lettre adressée par Victoria à un de ses fils "None of you can ever be proud enough of being the child of such a Father who has not his equal in this world -so great, so good, so fautless. Try... fo follow in his footsteps and don't be discouraged, for to be really in everything like him none of you, I am sure, will ever be. Try, therefore, to be like him in some points, and you will have acquired a great deal".

3°) On apprend que la reine Victoria ayant été la fille d'une allemande et étant marié avec un allemand parlait parfaitement l'allemand. A cela s'ajoute le fait que sa fille aînée Victoria a épousé Frédéric III, brièvement empereur en 1888. Victoria était donc la grand-mère de l'empereur Guillaume II qui est venu en 1901 assister aux dernières heures de la reine d'Angleterre.

4°) L'ouvrage est intéressant en ce qui concerne les relations avec les Premiers ministres : la reine subissait parfois les changements contre sa volonté. Elle a eu des relations orageuses avec Palmerston.

5°) On se rend compte que Victoria n'a pas toujours été très populaire notamment en raison de son dégoût pour les apparitions publiques.

Ce que j'ai moins aimé :
1°) Cette biographie est un peu vieillotte... On aimerait en savoir plus sur ce que Victoria a ressenti envers les transformations techniques qu'a connu son pays pendant son long règne.

2°) L'ouvrage évoque assez longuement le personnage de John Brown, le domestique dont Victoria a été très proche dans les années qui ont suivi la mort du prince Albert jusqu'à sa propre mort en 1883. On ne comprend pas bien cependant la nature de leur relation.

dimanche 3 octobre 2010

n° 650 : Rosenborg Slot


 Rosenborg slot ++++ (N°14 680)

Le 31 juillet 2010, je suis allé visiter le palais de Rosenborg (Rosenborg slot) à Copenhague au Danemark.

Ce que j'ai aimé :

1°) C'est un superbe palais royal qui date de l'époque du règne du roi Christian IV qui a régné au Danemark à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle (de 1588 à 1648). Le palais conserve encore une architecture et un décor intérieur qui sont en grande partie de cette époque. C'est "dans son jus", comme la dit un touriste français croisé dans cette salle, de manière pas très élégante mais qui a le mérite d'être claire.

2°) Il y a quelques salles superbes, notamment la grande salle du trône (voir photo ci-dessous).

3°) Dans le sous-sol, on peut voir les joyaux de la couronne (voir autre photo ci-dessous).

4°) Autour du palais, on trouve un jardin qui est très agréable surtout qu'il se trouve légèrement au nord du centre de Copenhague. Un endroit fort agréable pour pique-niquer... quand il fait beau.

Ce que j'ai moins aimé :
1°) La caisse propose un billet jumelé avec une visite du palais d'Amalienborg slot. La partie que l'on peut visiter grâce à ce billet au palais d'Amalienborg est celle relative à l'histoire récentre de la famille royale danoise. A réserver uniquement aux amateurs de Point de vue Images du monde !